Dépêches Citoyennes est un média citoyen indépendant. Sa raison d'être est de redonner la parole au citoyen et d'être une contre mesure à la censure. Il se veut émetteur récepteur dans la transmission de l'information. "Nous relayer, c'est vous relayer"

De l'Apocalypse à l'Aube Nouvelle, par Catherine Godier...

Quelle belle rencontre !

Catherine Godier est passionnée par l'Histoire de l'Art, le dessin, la peinture, la décoration. C'est une artiste qui, depuis plus de 25 ans, exprime son talent au travers de nombreux domaines. Elle excelle dans la décoration intérieure au travers de fresques murales époustouflantes et personnalisées.

Elle est en perpétuelle recherche de matières, enduits, poudres, mosaïques, ... ses créations sont de véritables œuvres d'art.

Ses tableaux, ses dessins, ses aquarelles sont d'une finesse si touchante que l'on pourrait dire qu'ils sont de pures impressions d'émotions.

Catherine a participé à plusieurs concours de peinture et décoration et a reçu plusieurs prix.

Son imagination est sans limite, découvrir ses œuvres est un voyage qui vous emportera.

 

https://www.godier-peintre-decorateur.fr/

 

Catherine est née et a grandi à Rennes, en Ille-et-Vilaine.

Son grand père, passionné, avait un talent pour le dessin. Son père a fait les Beaux-Arts, mais sera maçon pour faire vivre la famille. Sa maman est femme de ménage, Catherine a une enfance heureuse dans une famille modeste.

Cette passion du dessin lui est transmise dès on plus jeune âge. Timide et réservée, elle passe son temps libre à observer, dessiner. À l'école, elle est pour ainsi dire en échec scolaire, se sent à côté de monde et des autres. Elle se sent hors norme.

Très jeune, elle souhaite devenir peintre. Elle prend toutes les options de dessin et d'arts plastiques à l'école, développe son talent et gagne plusieurs prix. Elle intègre l'école des Beaux-Arts où elle excelle mais ce que son professeur va noter est son manque de participation à l'oral. Sa timidité et son sentiment d'être différente l'isole. Son professeur lui attribue une note de 2/20 à l'oral qui lui fera quitter l'école. Elle ne lui dira pas qu'elle a remporté un concours auquel elle avait participé, Catherine ne le saura que plus tard.

Catherine doit « gagner sa vie », elle renonce à faire carrière dans le dessin et trouve un emploi de vendeuse dans une station de ski et passe tout son temps libre à peindre et dessiner. Lorsque des amis découvrent son intérieur et tous les dessins affichés, leur avis est unanime : « Catherine, tu dois vraiment te réaliser ! ».

Elle quitte la montagne et se rend à Nantes pour un an pour intégrer une école de peinture décorative. Cette école privée coûte cher, Catherine doit trouver de petits boulots mais elle sait vivre chichement et s'adonne à sa passion avec détermination. Son professeur lui laissera les clefs de l'atelier qu'elle ne quitte plus et peint du matin au soir. 

Lors d'un discussion anodine, une commerçante qui tient un magasin de vêtements pour femmes, lui propose de réaliser sa vitrine dans le cadre du concours de l'animation des rues piétonnes de Nantes. Catherine s'enthousiasme pour ce projet, sur le thème du cinéma (Marylin Monroe et Charlie Chaplin, thème noir et blanc) et la vitrine remporte le concours.

Son professeur l'envoie régulièrement représenter l'école sur des salons axés sur le commerce et la décoration. Cette préférence suscite de la jalousie de la part des autres élèves. Cette jalousie la poursuivra toute sa vie et Catherine s'en trouve souvent isolée.

Au hasard de ses rencontres, elle est engagée pour un stage en bâtiment chez un décorateur. Elle est payée 8 euros à la journée et réalise plusieurs chantiers. Catherine est habituée aux « œufs couvioux », argot breton qui signifie œufs trop longtemps couvés. Elle survit avec très peu et ne mange pas vraiment à sa faim. Mais, elle prend de l'assurance en elle et tout s'enchaîne : trompe l'œil, décors peints, tableaux, mosaïques, ... Elle s'adapte à toutes les techniques, elle adore découvrir de nouvelles techniques dans l'expression de son art, trouve des solutions aux problèmes particuliers de chaque chantier et s'épanouit à apprendre encore et toujours.

Diplômée « peintre décorateur », elle désire de rentrer à Rennes, sa ville natale. Par hasard, on lui propose la décoration d'une maison d'architecte. En 48h, Catherine se met à son compte et se lance dans le chantier. Ce sera son premier réellement rémunérateur. Le couple est ravi et lui demande de se charger de leur maison secondaire... Les chantiers vont ensuite s'enchaîner... Elle n'a pas besoin de « se vendre », le bouche à oreille fonctionne bien. Elle ne participe à son premier salon de la décoration que quelques années plus tard et n'utilise les réseaux sociaux que depuis peu de temps. 

Son métier de peintre en décors lui prend beaucoup de temps. Elle ne participe que rarement à des expositions qui se vendent essentiellement à ses clients. 

Elle est en contact avec divers fournisseurs de peinture, travaille elle-même ses mélanges de matières, et découvre en Italie une société spécialisée un commercial des produits Novacolor. Cette rencontre change sa vie, elle découvre plein d'effets de matière, différents produits qui lui permettent d'exprimer sa créativité. Novacolor fait d'elle son ambassadeur en France. 

Elle réalise des chantiers de décoration, voit de suite lors de la visite ce qu'il convient de faire, couleurs, matériaux et adore cela. Elle regarde une maison comme la toile d'un tableau.  Cependant, elle a l'impression, aujourd'hui d'en avoir fait le tour. Elle trouve plus d'expressions de sa créativité dans la réalisation de ses tableaux et voudrait faire cela à temps plein. 

Le travail de décoration intérieure est plus fatiguant physiquement alors que la réalisation d'un tableau est plus prenante psychologiquement. Devant une toile, elle exprime, souvent dans l'abstrait, ses émotions, ses sensations ses ressentis. 

Catherine est traversée d'idées en permanence, n'importe où, n'importe quand, dans toute situation. Elle a des flashs de couleurs, d'idées, des mots, des chansons et même des odeurs. Une benne de camion rouillée, l'étal des fruits et légumes sur un marché. Lorsqu'elle peint, elle exprime, extrait d'elle-même ces sensations.

 

 

 

L'apocalypse

L'Apocalypse

Elle réalise cette toile durant le confinement, un peu comme une écriture automatique, sans réfléchir, elle se sent ailleurs et guidée... Elle exprime le mal être de voir que les gens se laissent mener et se sent vraiment différente. Elle souffre de voir que les autres ne comprennent pas et se laissent mener. C'est inacceptable, intolérable. Ces gens qui suivent et laissent happer par la noirceur et suivent aveuglément sans savoir où ils vont. La toile exprime aussi son incompréhension de leur vision, si différente. Enfin, elle traduit ce qui n'est pas la vie.

Les couleurs sont de l'oxydation, un effet de rouille, la matériau évolue dans le temps, il ne disparaît pas. Cet effet inspire les flammes, la fin, mais aussi une couleur chaude... dans tous les sens du terme. La fin exprime aussi le début d'autre chose. 

La partie basse représente un sol, douteux, glauque tandis que le haut ressemble à des flammes qui leur tombent dessus... On ne sait pas où ils vont mais ça ne semble pas glorieux. Les personnages se sont imposés comme ça, sans vraiment réfléchir.

Plus sa toile prend forme, plus c'est glauque alors bien. Elle souhaite y mettre de la vie mais n'y parvient pas.

Elle n'osera d'abord pas le montrer. C'est lorsqu'une voisine la découvre que Catherine constate sur elle les émotions que la toile véhicule : cette voisine est émue, impressionnée et très remuée. Catherine ne peut pas, sur l'instant, tout lui dire. Une amie, très sensible, lui dira ce qui semble pour elle une évidence : cette toile est un message transmis

 

Plumes d'Étang

 

Plumes d'Étang

Elle entame ce tableau en parallèle de « L'Apocalypse »  afin de pouvoir répondre au besoin d'exprimer la vie qu'elle ne parvient pas à réaliser sur le premier tableau. Il y a une continuité dans les sensations, la composition est similaire mais les personnages se retrouvent ici dans des formes argentées... Les plumes semblent être des âmes qui montent au ciel.

Le vert-de-gris est aussi une oxydation, comme la continuité, l'évolution dans le temps : il ramène un peu de douceur, une sorte de prémices de la vie qui reprend sa place.

Les morts sont là, cela reste glauque mais la légèreté de ces plumes blanches, ces âmes le rend plus apaisant que le premier. 

Aube Nouvelle

Aube Nouvelle

Catherine cultive sa nature positive et ne peut qu'envisager la lumière après l'ombre.

Elle entame cette toile, qui correspond à sa vision de la vie. La vie, oui ! Mais pas telle qu'elle nous est proposée actuellement et qu'elle transcrit a travers ses deux premiers tableaux.   

La nature est belle et cette toile correspond à une vision qu'elle a eu une nuit : des tourbillons, des lumières, des choses qui tournent... C'est une sorte de tunnel, un peu similaire aux expériences de mort imminente, comme un tourbillon de vie, une tornade qui passe pour faire apparaitre la lumière

Son amie l'incite fortement à les exposer pour transmettre ce message. L'exposition se fait dans un appartement du XVIIIe. siècle dans le vieux Rennes. L'ambiance est extraordinaire, puissante, forte et vibrante.

 

Exposition dans le vieux RennesExposition dans le vieux Rennes
Exposition dans le vieux RennesExposition dans le vieux Rennes

Exposition dans le vieux Rennes

Catherine y raconte ses tableaux... à des gens inconnus et en utilisant les mots adéquats pour ne pas heurter. « Même si je ne comprends pas le choix de nombreuses personnes, je souhaitais les respecter, ne pas les blesser.  Le message est passé. »

Elle a reçu beaucoup de remerciements. Ce fut un exercice difficile et épuisant.

Le regard de chacun sur ces toiles - L'Apocalypse, Plumes d'Étang - Aube Nouvelle- est différent mais tous ont compris qu'elles étaient en lien avec ce que nous vivons actuellement.

Catherine exposera ses oeuvres en Mars 2023 à Fougères.
Catherine exposera ses oeuvres en Mars 2023 à Fougères.
Catherine exposera ses oeuvres en Mars 2023 à Fougères.

Catherine exposera ses oeuvres en Mars 2023 à Fougères.

Vous pouvez la retrouver dès à présent en cliquant sur son site, instagram ou facebook.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Ses peintures abstraites sont énigmatiques, intrigantes et pleine de lumière. J'aime beaucoup!
Répondre