Quand TBM vous transporte...

par Le Ratiocineur

Josette, une Bordelaise fréquentant régulièrement le réseau de transports TBM (Transports Bordeaux Métropole), partage avec nous la grande perplexité qu'elle éprouve devant la communication utilisée par l'entreprise Kéolis...  Nous retranscrivons ici ses propos, destinés à l'entreprise en question...

Madame, Monsieur,


L’aide du service « Communication » de votre entreprise me serait précieuse.


Je me trouvais à un pôle d’échanges, que des Gaulois réfractaires eussent appelé plus simplement... arrêt de bus. Mais en novlangue moderne, il suffit bien sûr qu’il y ait plus d’un bus pour constituer un « pôle d’échanges », et si, de surcroît, se trouvent un vélo et une trottinette supplémentaires, alors il devient parfaitement légitime de parler de « Pôle d’échanges multimodal ». Je cherchais le numéro et l’heure de passage du prochain bus.


Je consultais bien sûr l’application idoine et fut rapidement confrontée à deux questions existentielles...


Première interrogation : je choisis la rubrique « itinéraire » et c’est là qu’une expression me plongea dans les affres d’une réflexion angoissante : « Où allons-nous ? » me demandait-on.
Pour répondre à la question, j’avais besoin de savoir qui était ce « nous ». Trois modalités de réponses m'apparurent alors :
    • Ce n’était sans doute pas le « Nous »  de politesse, car comment une machine, si intelligente fût-elle pourrait-elle se comporter ainsi, en monarque absolu ?
    • « Nous » désignait-il au moins deux personnes, soit moi-même et une autre personne, qui aurait pu être soit le conducteur du bus, soit plus vraisemblablement l’informaticien communicant qui avait élaboré cette page du site ?
Dans ce cas, comment aurait-on pu « y aller » alors que ledit concepteur de site est immobile devant son écran, sans doute en train de concocter une nouvelle page qui ne manquera pas de comporter encore plus d’énigmes à résoudre ?
    • Il y avait donc une troisième possibilité encore moins rassurante : c’était le « nous » utilisé dans un échange avec un petit enfant (on sait combien les institutions de nos jours se vantent ou sont préoccupées par l'impératif de « faire preuve de pédagogie », ce qui est souvent une manière à peine subtile suggérer à l'usager que c'est un crétin qu'il faut prendre par la main) à qui on donne sa purée, ou un vieillard que l’on veut bien croire sénile.

Force est de constater que ce ne pouvait être que cette troisième acception du terme que je devais envisager, d’autant que ce site n’est ni le premier ni le dernier à s’adresser ainsi à ses utilisateurs...


Deuxième interrogation : après un passage obligé par des menus qui sont tout aussi déroutants que déroulants, j’ai pu m’exprimer sur mon point de départ et mon point d’arrivée souhaités. J’espérais ensuite valider simplement mes choix, mais ne trouvais qu’une case « C’est parti ! » qui m’oblige à vous demander là aussi quelques éclaircissements.


En effet : non, je n’étais pas encore partie puisque je ne savais encore à ce moment-là ni le numéro du bus à prendre, ni son horaire de passage.
Heureusement, à mon âge, on a encore foi en la nature humaine et j’ai eu finalement, presque instantanément les informations recherchées ; mais autrement que par ladite « intelligence » artificielle...


En effet, pendant tout le temps passé à cette recherche sémantique, de nombreux utilisateurs, qui ne s’étaient pas posé ce genre de questions et étaient restés tranquillement chez eux après avoir eu l’information souhaitée, s’étaient rassemblés près de l’arrêt de bus un peu avant son heure de passage.

Quelle joie alors, de voir que je pouvais avoir une réponse simple et humaine grâce à deux personnes dont le comportement a éclairé toute ma journée, d’autant qu’ils m’ont aussi aidée à monter dans le bus indiqué !

Bien sûr me direz-vous il y a le « QR code » censé donner ces informations en temps réel, mais j’attends, pour évaluer LE progrès que soient implantés des puces dans les yeux des utilisateurs afin que l’information soit encore plus vite obtenue.

J’espère, Madame, Monsieur, que mes demandes pourront être prises en considération et vous en remercie vivement par avance.

Votre dévouée, Josette.

Retour à l'accueil