Dr Coralie Herbeuval, Dr Benoît Ochs, Dr Yves Dhyvert, Dr Gautier Bein

Dr Coralie Herbeuval, Dr Benoît Ochs, Dr Yves Dhyvert, Dr Gautier Bein

Vous trouverez ci-dessous retranscrit leurs paroles et les échanges de questions-réponses.


B.O. : informer est le plus important
"La corruption, la politisation entraîne la suppression de la science."
Il remercie le Covid pour ces rencontres et ces débats. Il a exprimé dans la rue le fait que la quarantaine a fait des morts, laisser seuls à la maison sans contrôle ni soins : « la politique était folle ». Quand on est praticien on examine ses patients, on les ressent, on fait de la clinique, on recherche des signes.
La téléconsultation est une abbhération. Il y a eu interdiction de voir les patients, de traiter en bref de faire de la vraie médecine. La liberté de parole a été abolie.

Le plus important aujourd’hui est de renverser le système, informer sur les effets indésirables graves
     -> 50 000 à 70 000 en un an
    -> 15 000 à 20 000 hospitalisations sur un mois à cause de l’injection
    -> 5 000 personnes en réa à cause de l’injection
    - > 2 000 à 3 000 morts officiels (représentent 1 à 10 % du réel)
    -> 2 à 3 millions de morts dans la monde

Un vaccin est réalisé sur une personne en bonne santé, il faut un bénéfice ! Les effets indésirables sont un véritable scandale : on peut parler de génocide.

C.H : chirurgien pédiatre. Elle rappelle les manifestations de la peur et même si les médecins doivent garder leur sang froid, ils n’en restent pas moins des hommes et femmes.
Les interdictions gouvernementales de soigner et les menaces fortes exercées.  Cela aurait du susciter la curiosité des médecins. Début 2020, il y a eu obligation de conformité de prescription et au discours imposés. Nombreux sont les opposants mais ils sont du rester discrets : menaces, discrédits.
Elle voit de nombreux adolescents avec des douleurs articulaires et décharges électriques dans la colonne vertébrale et fait une corrélation avec les injections après avoir exclus toute autre possibilité.
Les gens ont été conditionnés à n’accepter comme effets secondaires que la douleur dans le bras et de la fièvre dans les quelques jours qui suivent l’injection, ils excluent donc tout autre symptôme si celui-ci est différent ou plus éloigné de la date de l’injection. Ils ne font pas le lien. Les esprits ont été bien préparés, la sous déclaration est sans doute très élevée.

Y.D’H. : médecin généraliste depuis 45 ans. Il est resté discret et a fait don boulot.
Au début nous ne savions que peu de choses puis nous avons appris des collègues aux USA et en Italie. Il faut intervenir la première semaine. 20% des gens sont morts chez eux, sans soin, 17% à leur arrivée à l’hôpital car la prise en charge a été trop tardive. Il a fait passer le message : consulter immédiatement, examiner son patient (pas de télé consultation !), suivre le patient.
On sait absolument très bien soigner cette maladie à condition de la prendre tôt en charge. Il voit maintenant de nombreux patients avec des complications des injections.

G.B. : nous avons la malchance d’être un département avec des micro-dictateurs (Conseil de l’Ordre, CPAM, Ordre des Kinés..) Il est en interdiction d’exercice depuis le 15 septembre 2021 et donc en retraite forcée car son métier lui manque.
Il était Président de l’Association des Soins d’Urgence et médecin pompier depuis 37 ans.  Il était en cours de création d’une Commission Territoriale de Santé.
L’Ordre est dictatorial et lui a demandé de démissionner de ses postes alors que cela n’est ni de son ressort, ni de sa compétence.
Le docteur est entré en résistance « je ne serai jamais injecté »
Il souligne les difficultés de ses confrères qui se retrouvent sans travail, avec des charges qui restent à payer (loyer, urssaf…).
Sa mission est la réinformation . Il a participé à la création de la « marche du réveil » qui s’est tenue d’Epinal à Paris, est en contact avec l’Alliance Humaine.
Nous devons trouver un candidat qui fasse barrage, qui ne soit pas vacciné, qui s’engage sur la réintégration des soignants et l’abolition du pass…

 

 

Q° : certains médecins tels que vous 4 faites preuve d’un très grand courage mais les autres et notamment ces qui refusent t de faire remonter les effets indésirables n’ont aucune excuse.
Les députés sont coupables car ils ne respectent pas la Constitution, les lois et décrets sont illégaux.

C.H. : les médecins qui n’ont pas adhéré sont ceux qui avait déjà pris beaucoup de recul avec la médecine allopathique, qui faisaient déjà preuve d’esprit critique, de bon sens. Le développement de l’esprit critique n’est plus un enseignement scientifique et ce qui est grave c’est qu’il y a rupture du contrat de confiance avec le corps médical.

B.O. : le « vaccin » est une religion : « un vaccin ne peut pas être mauvais ».il rappelle les 800 morts en 2017 sur le vaccin de la dengue dont les procès sont toujours en cours.


Q° : que faire si l’on refuse PCR pour aller passer des examens médicaux ?

G.B. : écrire 48 h avant et demander si le rdv est maintenu. Si c’est le cas et que le pass est demandé, il faut invoquer un refus de soin avec plainte à l’ordre des Médecins.
X : un comité de soutien avec 50 personnes peut aussi contraindre au soin.
Pensez au Pass européen, ça marche …

B.O. :  Beaucoup de personnes manifestent à Luxembourg. Les interventions de Christian Perronne, Alexandra Henrion-Caude et feu Luc Montagnier n'ont eu que peu d’effets.

Alexandre Henrion-Caude a été insultée, le Prof Luc Montagnier taxé de Nobelite (entendez démence). Un irrespect qui ne devrait pas avoir cours dans une chambre parlementaire.
Il est question d’une obligation vaccinale pour les personnels soignants et les plus de 50 ans.
Il y aura une marche blanche peut être encore en avril ou sinon en mai.
Il compte lever des médecins (30 à 50) pour s’opposer à la politique de Santé au Luxembourg.
Le député Jean Huss est très actif et particulièrement déterminé à faire bouger les choses.
Je rappelle que je suis suspendu à compter du 14 avril, le temps m’a été laissé de diriger mes patients vers d’autres médecins (j’ai un grosse clientèle)
Lors de l’ICS à paris, j’ai rencontré Louis Fouché, Alexandra Henrion-Caude, Robert Malone, Pierre Kori, etc… gardons confiance, nous allons faire changer les choses, ce sera un scandale et sachez que le peuple devient de plus en plus « plotistes » je laisse le « com » aux autres.


Q° : Nous avions entendu dire qu’il y avait au début des campagnes de vaccination beaucoup de placebos mais que cette proportion diminue. Qu’en pensez-vous ?


C.H. : je constate en effet qu’il y a de plus en plus d’effets indésirables depuis le début de l’année. Il semble également que les deuxième et troisième dose génèrent aussi plus d’effets indésirables.

Q° : « le devoir du médecin n’est pas de guérir mais de mettre en application les lois » 1933


Q° : la spikule, un parallèle avec les vaccins à dispersion pour les animaux, contamination des personnes non injectées.

B.O. : c’est une théorie.


Q° : effets indésirables : 70 cas de Creutzfeld Jacob en France depuis les injections contre 150 par an dans le monde …. le Professeur Luc Montagnier en avait parlé

Témoignages :
Ma fille a tenu à se faire vacciner pour partir en vacances. Après la deuxième dose elle est montée à 40°C de fièvre pendant des semaines, a été hospitalisée,  a du reprendre l’école avec de la fièvre et un masque 24h/24h car en internat et en dortoir.
Nous devons être des millions à dénoncer.
 

Q° : étant entendu que tout dysfonctionnel, aller voter n’est il pas cautionner le système ?

 

M.W. : nous devons accompagner les citoyens vers un changement complet du système politique.

 

H.D.: La Concorde TV: il faut rassembler, débattre, discuter, nous sommes nombreux, courage !

Q° : 3 organismes sont là aujourd’hui pour contrôler la fraude électorale, que nous avions constaté en 2017 quand 1% pour la candidat Macron s’est transformé en 60%. Participez avec réciprocité ou le Contrôle Citoyen.

Q° : une autre victime du vaccin témoigne de ses complications cardiaques. Elle devra être opérée bientôt.

Retour à l'accueil