Collectif : « Les oubliés de la COVID »

-En résumé :

Qui sont ces Français touchés par une « double peine » sanitaire ?

Soumis à une impossibilité vaccinale selon l'avis de leur médecin traitant pour des contre-indications non reconnues officiellement (tels que les chocs anaphylactiques), ils se voient néanmoins frappés des mêmes mesures discriminantes que les « anti-vax ».

De très nombreux Français ayant fait des effets secondaires graves suite à injection (1), se voient privés d'exemption vaccinale à cause d'une liste officielle très restrictive (1bis). Est-ce que cela s'inscrit dans  l'esprit du tristement célèbre : « emmerder les non vaccinés » ? L'injonction macroniste pourrait-elle signifier également : discriminer ceux qui ne peuvent pas se faire vacciner ?

Au vu d'un COVID19 saisonnier ou de la possible apparition d'un nouveau virus, le pass vaccinal temporairement suspendu, reviendra en toute logique. Le nouveau contrat social défendu par le gouvernement : « Des devoirs avant des droits » (2) , décliné autour du concept de vaccination obligatoire, fera-t-il des « Oubliés de la COVID» les sacrifiés d'une nouvelle république sanitaire ?

 

-Plus de détails :

Dans son article « COVID-19 Se vacciner ? » (2bis), la Haute Autorité de Santé (HAS) rappelle un principe fondateur : « Décider avec son médecin ». Dans le chapitre final de cette même publication, référence est faite aux : « précautions à prendre pour certaines personnes. Certaines personnes ne peuvent pas être vaccinées … votre médecin a besoin de savoir si vous avez déjà eu des réactions allergiques graves ou des réactions importantes à un autre vaccin ... »

Cette saine logique n'est pas respectée dans les faits car le décret de loi de « gestion de la sortie de crise sanitaire » (2ter) ne reconnaît plus, ni l'expertise du médecin traitant, ni les antécédents de réactions allergiques graves avec risque vital ou les chocs anaphylactiques. Pourtant, les patients munis d'un certificat médical de contre-indication vaccinale Covid19 de leur médecin traitant bénéficient de la prise en charge gratuite des tests devenus payants pour les non vaccinés(4), preuve d'une reconnaissance officielle.

Dans l'esprit du décret précité, il faut que les patients à risque acceptent de jouer à la roulette russe et se soumettent « quoiqu'il en coûte » à l'injection du vaccin issu de thérapie génique. Puis, si ce patient fait une réaction non mortelle, il sera alors exempté des doses suivantes...

Pour prendre l'exemple du vaccin Pfizer, selon la source officielle du Centre pour le contrôle et la prévention des maladies américains (Center for Decease Control - CDC), on peut constater un choc anaphylactique pour 100 000 injections Pfizer, contre 10 fois moins pour les vaccins de grippe traditionnelle (5). La même source montre également un accroissement important du risque pour les personnes déjà sujettes aux allergies aiguës et chocs anaphylactiques(5).

L'affaire Carla Vergellati semble un exemple parfaitement symptomatique de non reconnaissance des « oubliés de La CODID». Atteinte de la maladie de l'homme de pierre (fibrodysplasie ossifiante progressive ou FOP), cette jeune corse était soumise à une contre-indication formelle à la vaccination mais non reconnue (5bis). Après trois mois de combat, après avoir récolté 20 000 signatures sur une pétition (6), et après avoir participé à plusieurs émissions et articles dans les médias, Carla Vergellati aura pu finalement interpeller Gabriel Attal à la faveur d'une émission (7). Depuis, des cas analogues seraient pris en compte à travers des centres de maladies rares (CRMR/CCMR) (8).

 

En conclusion, et contre toute logique, les contre-indications et risques pourtant mentionnés par la HAS (1) et confirmés par le CDC, sont écartés arbitrairement et non reconnus pour l'exemption des vaccins COVID19 . Pourtant, le haut degré d'innovation des vaccins géniques encore en phase de tests, devrait pousser à la prudence, d'autant plus pour un public à haut risque(3).

S'il s'agissait du renoncement aux voyages, aux loisirs, restaurants, cafés, et à une partie de vie sociale, la situation serait uniquement liberticide pour cette catégorie de Français à risque. Mais, ce qui est donc demandé par nos autorités à ces oubliés du protocole vaccinal COVID 19, c'est d'accepter de risquer leur vie et leur santé pour pouvoir continuer à pratiquer une activité professionnelle (dans les catégories définies par le décret). Et tout cela, dans un climat délétère, d'incivilités, de pressions sociales, économiques, médiatiques et politiques, jusqu'à la mise en doute de leur qualité morale de responsabilité, voire même de leur citoyenneté ...

Discutée au sénat lors des votes du Pass vaccinal, l'objection de conscience pourrait représenter une solution pour cette petite minorité de Français menacés dans leur intégrité physique, mais aussi pour tous ceux affectés dans leur intégrité morale.

 

Contact du collectif : oubliesdelacovid AT protonmail.com

 

Sources :

(1) Total d'effets secondaires graves suite au vaccin COVID19 selon le sénat et l' ANSM) https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/effets-indesirables-de-la-vaccination-contre-le-covid-19-les-chiffres-de-l

 

(1bis) https://www.ameli.fr/assure/actualites/covid-19-dans-quels-cas-la-vaccination-est-elle-contre-indiquee

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000044272040

 

(2) (G. Attal porte parole du Gouvernement) https://www.lefigaro.fr/actualite-france/peut-on-dire-avec-gabriel-attal-que-les-devoirs-passent-avant-les-droits-20220131

 

(2bis) https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2021-03/fu_covid19_se_vacciner_decider_medecin_26_mars.pdf

 

(2ter) https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000044272040 ou résumé :

https://www.dossierfamilial.com/actualites/social-sante/covid-19-la-liste-des-contre-indications-a-la-vaccination-mise-a-jour-898378

- (3) https://www.marianne.net/societe/sante/les-exclus-du-passe-sanitaire-malgre-eux-et-parfois-a-cause-de-lappreciation-de-leur-medecin (par exemple : voir le cas de « Sylvie, Georges, Robert »)

et https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/pass-sanitaire/pass-sanitaire-celles-et-ceux-qui-ne-peuvent-pas-se-faire-vacciner-denoncent-une-double-peine_4728139.html ainsi que https://www.lefigaro.fr/sciences/covid-19-quelle-injection-de-vaccin-pour-les-personnes-allergiques-20210315 (Pierre allergie aux curares  )

(4)https://www.ameli.fr/assure/actualites/prise-en-charge-des-tests-covid-19-partir-du-15-octobre-quels-changements

(5) https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/70/wr/mm7002e1.htm

( Risques accrus chez allergiques : Voir : FIGURE. Interval (minutes) from vaccine receipt to onset of anaphylaxis (A)* )

et

https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2518872-choc-anaphylactique-anaphylaxie-definition-signes-tampon-traitement-vaccin-covid-pfizer-que-faire/

(6) https://www.change.org/p/minist%C3%A8re-de-la-sant%C3%A9-pass-sanitaire-pour-les-personnes-ne-pouvant-pas-recevoir-de-vaccin?redirect=false

(7) https://www.faire-face.fr/2021/08/27/la-galere-des-exclus-de-la-vaccination-pour-pathologie-oubliee/

https://www.faire-face.fr/2021/11/05/passe-sanitaire-cas-contre-indication-medicale/?fbclid=IwAR0IwOZX38r7HiFBS6nC2kmVfuzRz64Igx7xaK7d63yNCY6gpmUtiqd6J_U

(8) -listes des maladies et centres maladies rares CRMR/CCMR :

https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/liste_des_centres_reference_labelises.pdf

Retour à l'accueil