«Dépêches Citoyennes» a assisté au ciné-débat «Hacking Justice -Julian Assange » samedi 14 mai 2022 au café culturel de Nilvange Le Gueulard. Le débat était animé par Viktor Dedaj, référence française sur l’affaire Assange. Voici l'essentiel de son intervention.

Le mercredi 20 avril 2022, la justice britannique a formellement autorisé l’extradition aux États-Unis de Julian Assange, journaliste australien et fondateur de Wikileaks, une plate-forme à l’usage des lanceurs d’alerte.

Il risque une peine de prison de 175 ans pour avoir révélé au grand public des crimes de guerre commis par le gouvernement américain. Il se trouve actuellement dans un isolement extrême, et sa santé psychique et physique se détériore de jour en jour. Les soins médicaux appropriés lui ont été refusés. 

Julian Assange risque donc d’être «emmuré vivant» pour avoir révélé des crimes de guerre perpétrés par l’armée américaine.

 

- « Dépêches Citoyennes» s’interroge et relève les réflexions de Viktor Dedaj évoquées lors de la soirée :

« Publier des preuves de crimes devient plus grave que le crime lui-même »

« N'y a-t-il pas une anomalie ? En effet, où sont les philosophes, où sont les penseurs pour défendre le droit à la vérité ? »

« Il y a une inversion totale des valeurs de Nuremberg »

 

Le film «Hacking Justice - Julian Assange » présente la sculpture « Anything to say » (quelque chose à dire) créée par Davide Dormino qui représente les lanceurs d’alerte Edward Snowden, Julian Assange et Bradley Manning (devenu Chelsea Manning). Tous trois sculptés debout sur des chaises sont accompagnés d'une quatrième chaise vide, imaginée par l'artiste pour inviter chacun à y prendre place et à s'exprimer.

L'artiste explique le choix des trois personnages par le fait qu'il s'agit de « trois personnes qui ont perdu leur liberté pour défendre la nôtre ».

 

« Dépêches Citoyennes » monte définitivement sur la quatrième chaise.

    EXPRIMONS-NOUS !

Retour à l'accueil